ViDEOS


Sortez vos cirés : le film officiel de notre participation au Bol d'Or 2014 | voir



La mise à l'eau du Baladin filmée par les drônes de Vudlao | voir



Relax and enjoy : notre édition 2013 | voir

INVENTAIRE BATEAUX
DU LEMAIN


Page consacrée au voilier Baladin dans l'inventaire des bateaux du Léman. |
plus
INTERNATIONAL DRAGON ASSOCIATION

Retrouvez tout l'univers du Dragon partout dans le monde.|
plus
Site de la SNG

L'actualité de la Nautique tout au long de l'année. |
plus

Un peu d'histoire

1938. Alors que le designer naval norvégien Johan Anker père du Dragon vivait ses dernières années, on courait pour la première fois le Bol d'Or entre Genève et le Bouveret.
Notre participation au Bol d'Or Mirabaud cette année revêt un caractère particulier. C'est un hommage appuyé que nous voulions faire à la fois au travail de Johan Anker et au Bol d'Or qui fête cette année ses 75 ans.
Johan Anker en 1928
Le dragon, dessiné en 1929 par Johan Anker, est un bateau exceptionnel à plusieurs égards : il a été conçu pour la navigation en mer Baltique où la météo peut évoluer assez brusquement, conditions qui ont amené son concepteur à dessiner un bateau qui doit pouvoir continuer à porter sa voilure dans un coup de vent inattendu : situation que nous connaissons bien sur le Léman…
Le Dragon est alors gréé avec un petit foc et un étai en tête sur l’avant du mât ; son roof est important avec deux hublots sur chaque bord et un capot coulissant ; il dispose d’une vraie cabine avec deux couchettes pour pouvoir effectuer de courtes croisières. Le Dragon s’impose rapidement en Europe comme voilier moderne en remplacement des nombreux yachts lourds et coûteux pendant ces années d’après crise.
Le Duc d'Edimbourg et le tout jeune Prince Charles
à bord d'un Dragon Camper & Nicholson

Affiche officiel des Jeux Olympiques de Londres, 1948
Après les hostilités, en 1945, le comité international s’accorde pour simplifier le gréement du Dragon, avec une surface de voile plus importante et un cockpit rallongé ayant largement empiété sur la cabine, réduite à sa plus simple expression. Trois ans plus tard, il est sélectionné pour les jeux olympiques de Londres et demeurera série olympique jusqu’en 1972. Construit en bois, il connaitra une année de gloire en 1948 quand l’Island Sailing Club de Cowes fait cadeau d’un Dragon construit chez Camper & Nicholson à la Princesse Elizabeth et au Duc d’Edimbourg.
Affiche officiel du Bol d'Or Mirabaud 1940 évoquant le Dragon (30m2 suédois)
Glana, rebaptisé Titea, Maris-José II puis le Tigre est le voilier le plus titré de l'histoire du Bol d'Or Mirabaud
L’engouement pour la série se généralise sur tous les littoraux européens et américains : à la fin des années 50, le monde en compte plus de 1 500, dont plus d’une centaine en France. Encore aujourd’hui, une cinquantaine de Dragon sont construits chaque année, la construction en stratifié ayant été autorisée en 1964.
On soulignera enfin que le Dragon est le voilier de prédilection des aristocrates puisque, outre la famille royale d’Angleterre, le Roi Juan Carlos d’Espagne, Carl Gustave de Suède, le Prince Henri du Danemark et le Prince Albert de Monaco en sont propriétaires.